Un masque de protection ou un masque de peinture est un équipement qui sert à protéger l’usager de l’inhalation d’éléments ou de produits qui pourraient être nocifs pour sa santé. Cela peut être des fumées, du gaz, des poussières nocives, de vapeurs ou d’autres agents pathogènes. Il existe plusieurs types de masques de tailles différentes. Ces masques ne s’adressent pas exclusivement aux peintres, comme leur nom semble l’indiquer. Divers professionnels comme les militaires ou ceux qui travaillent dans le secteur privé et public s’en servent également. Il existe des masques pas chers qui sont jetables et des masques réutilisables. Il existe aussi des modèles à cartouches amovibles et réutilisables.

Meilleur masque de protection peinture : Notre sélection pour 2019

Un masque de peinture : pour quelles utilités ?

masque de peinture

L’usage de masque de protection est hautement conseillé pour l’utilisation de vernis en aérosol et de peinture. La raison est simple : la pulvérisation du produit en spray projette dans l’air ambiant des particules ou des pigments volatiles qui peuvent avoir des effets négatifs sur les voies respiratoires. On recommande surtout l’usage du masque de peinture pour les personnes qui réalisent des travaux de peinture en intérieur ou celles qui en font régulièrement, comme les artisans qui travaillent dans le domaine de la construction.

On trouve sur le marché différents types de masque de peinture. Chacun peut en acquérir un en fonction de ses besoins. Les prix varient en fonction du modèle. Cela va de 3 euros à une centaine d’euros.

Les meilleurs masques de peinture du moment

Les grandes familles de masques de peinture

masque de protection peintureDeux grandes familles de masques de peinture ou masques de protection respiratoire, aussi appelés « filtrants », sont disponibles sur le marché. La première famille regroupe les masques de protection contre les poussières et les aérosols liquides. Selon les normes européennes, il y a trois classes de filtration en fonction de leur capacité à retenir les particules.

La première classe est la FFP1. Elle est nécessaire pour un usage dans un lieu où il y a du coton, du foin, de l’hydroxyde de sodium, etc. Son usage est limité à 8 h de suite avec un nombre maximum d’expositions limité à 4 fois. La seconde classe est la FFP2. Elle s’utilise aussi pendant 8 h maximum pour 10 expositions tout au plus, et dans un milieu où il y a du bois, de la résine, de la laine de verre, des champignons, des semences, des particules métalliques, etc. Et la dernière classe est la FFP3. Son utilisation est limitée à 50 x 8 h maximum. Elle est préconisée pour les lieux où il y a de l’amiante, du plomb, de la silice, du hêtre, du cadmium, de fibres céramiques, de légionnelles, de la laine de roche, du chrome etc.

La seconde famille de masques de peinture et protection est celle que l’on utilise contre les vapeurs et les gaz. Ce sont tous les demi-masques et les masques de protection respiratoire à cartouche ou galette selon la classe (1 ou 2). Le type A englobe tous les masques de protection contre les vapeurs organiques dont les produits qui contiennent des hydrocarbures, des solvants etc. Le type B correspond à tous les masques de peinture ou de protection contre les gaz et les vapeurs inorganiques comme les peintures qui contiennent du chlore, de l’acide etc. Le type E regroupe tous les masques permettant de se protéger contre le gaz hydrochlorhydrique, le dioxyde de soufre ou SO2 ou encore les acides qui peuvent être présents dans les peintures ou les vernis aérosols. Le type K concerne les masques utilisés pour se protéger contre certains dérivés aminés ainsi que l’ammoniac. Et le type P réunit tous les masques pour la protection contre les aérosols liquides ou solides toxiques ou encore les poussières nocives.

Les masques de peinture et les normes

bien choisir un masque de peintureIl y a plusieurs normes européennes en vigueur qui sont relatives au domaine de la protection respiratoire.

L’EN 136 est la première norme appliquée. Elle concerne les obligations minimales des masques complets. Elle se base sur des expériences en laboratoire et des essais pratiques de performance pour s’assurer de la compatibilité avec la résistance à la température, aux chocs, à la flamme, au rayonnement thermique, à la traction et aux produits de nettoyage et de désinfection.

Il y a aussi la norme EN 140. Elle concerne les exigences des demis et quarts de masques. Elle a le même rôle que la précédente, mais est destinée pour les demi-masques et quarts de masques destinés à être utilisés avec les appareils de protection de peinture ou appareil respiratoire.

On peut aussi citer la norme EN 141. Elle est faite principalement pour les filtres à gaz et combinés qui constituent les dispositifs sans assistance. Elle vise à assurer la conformité par rapport à la résistance aux chocs, humidité, milieux corrosifs, température, mais aussi à la résistance respiratoire et mécanique.

Pour la norme EN 143, elle assure la résistance aux particules. Il y a aussi la norme EN 149 pour les demi-masques filtrants contre les particules et la norme EN 405 concernant les demi-masques filtrants pourvus de soupapes.

Quel masque de peinture choisir ?

Le choix du masque dépend en général du type d’usage. Il existe des modèles particuliers que l’on peut utiliser si on cherche une protection pour faire de l’art, de la décoration, des graffitis ou autre sans mettre en danger sa santé. On trouve également des modèles à destination des professionnels de la peinture.

Pour un usage ponctuel

masque de peinture jetableDans le cas d’un usage ponctuel, on peut tout à fait bien se servir d’un modèle jetable. Il protège contre les poussières et les particules de peinture qui proviennent des aérosols. Il est non seulement abordable, mais aussi léger et facile d’usage. Il est parfait pour une utilisation ponctuelle des bombes, lors d’un atelier-découverte par exemple. Il représente aussi un dispositif d’assistance de performance idéal. On peut aussi s’en servir pour repeindre un objet de temps en temps.

Ce type d’équipement est doté de plusieurs caractéristiques comme sa coque moulée novatrice qui ne requiert pas la présence d’un clip métallique pour le nez. Ainsi, l’usager est donc beaucoup plus à son aise. Il est aussi doté d’une capacité de résistance respiratoire assez restreinte grâce à la valve incorporée. Selon le modèle choisi, ce type de masque de peinture jetable peut offrir une protection P1, P2 ou P3. Il est donc capable de retenir de 80 %, 94 % et 99 % des particules. Cela peut être des brouillards (gouttelettes de peinture pulvérisée ou condensée), des fumées (vapeurs toxiques formées sous l’effet de la chaleur) ou des poussières (petits fragments solides en suspension dans l’air).

Pour ceux qui ont besoin d’un masque pour un usage occasionnel

demi masque peintureIls peuvent avoir recours à un demi-masque. Ce type de masque est généralement léger et flexible. Il est aussi souvent réutilisable. Son principal atout est sa capacité à retenir les particules fines de peinture. Il convient pour un usage en extérieur. Mais, on peut aussi s’en servir pour une utilisation en intérieur.

En général, ce type de masque de peinture est très léger. Il pèse environ 130 g. Il assure pourtant une protection P3 soit à 99,95 % contre les particules. Son ergonomie permet à l’usager d’avoir un champ de vision large. Il se marie parfaitement avec la forme du visage. L’utilisateur peut aussi utiliser des lunettes.

Il n’occasionne aucune gêne, et ce, même si on le porte pendant plusieurs heures. Comme il est doté d’une soupape anti-retour, il y a donc moins de résistance respiratoire et de condensation dans son intérieur. Ce masque est aussi pourvu d’une bande de fixation et anti-glissement. Bien que très efficace contre les poussières de peinture, le demi-masque n’est pas vraiment efficace contre les solvants des gaz qui assurent la propulsion de la peinture.

Pour l’extérieur, et les peintres réguliers

masque peinture intégralTous ceux qui utilisent de la peinture de manière fréquente doivent utiliser un masque à gaz intégral. Ce dernier permet de bloquer à la fois les gaz et les solvants nocifs. Il s’adapte donc aux besoins des décorateurs, artistes, graffeurs, etc.

Des modèles performants assurent une protection RD contre les odeurs et disposent d’un filtre à charbon actif haute efficacité. Ils retiennent non seulement les gaz, mais aussi les vapeurs organiques. On peut s’en servir en intérieur comme à l’extérieur. En somme, ils s’adaptent à tous les milieux ventilés.

Pour l’intérieur, et les professionnels

Un demi-masque de peinture conviendra parfaitement aux besoins de ceux qui travaillent dans le domaine de la peinture. Il assure une protection plus élevée A2. Ce type de protection est indispensable dans les milieux riches en vapeurs et gaz. Cela peut être en intérieur lorsque l’aération n’est pas adéquate, ou lorsqu’il y a plusieurs travailleurs utilisant des aérosols simultanément. Ce type de masque de peinture est donc adapté aux graffeurs qui se concentrent sur un lieu (lors d’un évènement par exemple), aux décorateurs et artistes peignant dans un milieu confiné.

Tout le monde doit donc déterminer au préalable le type d’usage qu’il fera de son masque avant même d’en choisir un. Cela permet de bien identifier le bon produit à porter. Cela évite aussi le gaspillage tout en permettant de faire des économies lors de l’achat.

Dernière mise à jour le 2019-07-23